Lundi 1 novembre 1 01 /11 /Nov 13:44

Dans l'Apologie, Platon élève au rang de mythe fondateur de la philosophie un fait contingent et de peu d'importance au regard de l'histoire, la condamnation à mort en -399 à Athènes d'un individu qui disait s'appeler Socrate au terme d'un procès public. Et cette transmutation de la contingence en exigence absolue conserve aujourd'hui encore tout son pouvoir de fascination. Alors que, dans les autres dialogues socratiques, il décrit un Socrate en pleine action, dans l'Apologie Platon fait, en définitive, apparaître un Socrate qui, par sa mort, témoigne de cette conviction: seule la pratique qui inspire son action, à savoir la philosophie, fait que, pour un être humain, la vie vaut la peine d'être vécue.

Plan du discours:

Premier discours: Sur la culpabilité de Socrate

1. Exorde
2. Développement
3. Réfutation
3.A: partie négative, ce que Socrate n'est pas. Il n'est ni un penseur de la nature ni un sophiste
3.B: Ce que Socrate est vraiment, l'origine des calomnies portées contre lui
- La réponse de l'oracle et l'enquête du sens de cette réponse
- Analyse du comportement des hommes politiques, poètes et des "gens de métier"
- Socrate comprend qu'Apollon lui a donné une tâche
- Les imitateurs sont le cause de l'accusation de Mélétos

Des nouveaux accusateurs: Interrogatoire de Mélétos
1. Introduction
2. Sur l'éducation
2.A: Première erreur, concernant la question de savoir qui rend quelqu'un meilleur
2.B: Seconde erreur, concernant la question de savoir s'il est possible de corrompre intentionnellement
3. Sur l'athéisme
3.A: Interprétation de la plainte: Socrate corrompt les jeunes sur la question des Dieux
3.B: Ce qui amène Mélétos à se contredire

Digression
1. Première objection: Le mode de vie choisi par Socrate est dangereux. Ce mode de vie prouve la piété de Socrate qui s'est mis au service de Dieu
2. Considération tirée de l'attitude face à la mort
2.A: Principe général: la tâche compte plus que la vie
2.B: Application à son cas particulier: La menace de la mort ne l'empêchera pas d'accomplir sa tâche
3. Considération tirée des avantages qu'il peut apporter
3.A: Les accusateurs ne peuvent causer aucun tort à Socrate
3.B: La tâche dévolue à Socrate apporte des avantages à Athènes
4. Seconde objection: Socrate aurait dû prendre une part active à la vie politique. Sa réponse montre que son influence sur les jeunes fut salutaire
4.1: Socrate en a été dissuadé par son signe divin
4.2: Il est impossible de rester honnête si on se mêle de politique à Athènes
4.3: Socrate s'en tient donc aux discussions privées, dont il n'exclut personne
4.4: Son influences sur les jeunes fut salutaire

Péroraison
1. Socrate ne va pas supplier les juges
1.1: Ce ne serait convenable ni pour lui ni pour Athènes
1.2: Ce ne serait pas conforme à la justice
1.3: Ce ne serait pas conforme à la piété

Second discours: Sur l'établissement d'une peine

1. Introduction: Socrate a été reconnu coupable par une courte majorité
2. Propositions de peines
2.A: En fonction de ce qu'il mérite
- C'est un bienfaiteur de la cité, et il est pauvre
- Par suite, il mérite d'être nourri aux frais de la cité
2.B: En fonction des règles judiciaires
- Dans son cas, l'exil ne servirait à rien
- Si les juges insistent pour que Socrate propose une peine, Socrate propose une amende d'une mine, proposition qui est protée à 30 mines

Conversation informelle

Aux juges qui ont voté pour une condamnation à mort
1.A: Leur responsabilité
1.B: Comparaison entre Socrate et ses accusateurs
1.C: Socrate aura une relève
Aux juges qui ont voté pour son acquittement
2.A: Le signe divin ne l'a averti d'aucun danger
2.B: Deux représentations populaires de la mort
2.C: Il prie les juges de s'occuper de ses fils

Analyse:

La piété suivant Socrate

Les penseurs de la nature avaient rationalisé les dieux en les rendant naturels, Socrate en fait de même en les rendant moraux. Or, il semble qu'entre ces deux engagements, raison et religion, Socrate essayait d'établir des rapports hiérarchiques, la raison prenant toujours le premier rang. Socrate se coupait donc radicalement des croyances de ses ancêtres en attribuant l'autorité suprême à la raison, y compris en matière religieuse. Et c'est probablement ce que lui reprochaient ses contemporains. Pour la majorité des athéniens, en effet, une telle transformation de l'image des dieux équivalait à leur destruction pure et simple et, donc, à leur remplacement par de nouveaux dieux. : procès d'intention qui correspond exactement aux deux premiers chefs d'accusation portés contre Socrate. En défendant cette idée d'une divinité bonne et inflexible, Socrate se considère comme celui qui défend le mieux l'existence des dieux et leur image.

L'éducation suivant Socrate

Le fait qu'il adhère à ces conceptions peu orthodoxes de la divinité n'aurait pu à lui seul faire condamner Socrate à mort. C'est aussi et surtout le fait qu'il entende modifier le comportement de ses concitoyens; voilà, d'ailleurs, ce que vise l'accusation de corruption de la jeunesse. Socrate explique en effet à Euthryphon que s'il est avare de conseil, Socrate est appelé à comparaître pour en avoir trop prodigué. En d'autres termes, Socrate ne devient dangereux, aux yeux des athéniens, que lorsqu'il veut étendre son influence à l'ensemble de la cité. Et comme il fait spontanément des émules chez des jeunes gens qui, par les interrogatoires auxquels ils soumettent leurs aînés, agressent ceux qui prétendent à une certaine réputation, il aggrave son cas.
Quand Socrate prétend qu'il ne transmet aucun savoir positif, il déplace un problème réel dont devraient être plus ou moins conscients, dans leur majorité, les athéniens. L'éducation traditionnelle en Grèce transmettait un système de valeur et de savoir-faire qui s'appliquait à des domaines déterminés: guerre, équitation, artisanat etc. Or, les nouveaux intellectuels prétendaient enseigner des techniques qui pouvaient s'appliquer à tous les domaines où la parole jouait un rôle; ils encourageaient donc la curiosité intellectuelle et l'indépendance de la pensée. Socrate pousse ce mouvement à ses ultimes conséquences, en pratiquant une méthode ne présentant qu'une face critique. Comme il engageait vivement à la critique généralisée des valeurs héritées, Socrate apparaissait comme un démolisseur, tout le problème étant de savoir s'il avait des solutions positives à proposer. Platon enseigne que oui, Xénophon reste beaucoup plus réservé en la matière. On comprend que des juges auraient été déconcertés à moins.

La mort de Socrate comme témoignage

Platon ne représentera jamais la philosophie comme une vérité révélée, ce que fera Jamblique sept siècles plus tard. Seul le dieu est savant et tout ce que l'homme peut faire c'est d'aspirer à ce savoir en tant que philosophe. Mais cette tâche doit être mise au-dessus de tout autre, car elle intéresse ce qui en l'homme à le plus de valeur, à savoir son âme. Dans la mesure où il était censé admettre ce principe, Socrate ne pouvait ni accepter de proposer une peine qui sanctionne sa conduite ni partir en exil avant ou après son procès. Proposer une peine eut été reconnaître que son action était injuste; or, comment peut-on agir injustement quand on obéit à la divinité ? De plus, partir en exil eût été reconnaître que tout ce qu'il avait dit sur le soin qu'il faut apporter à l'âme de préférence au corps n'était que de vaines paroles en lesquelles il ne croyait pas.
En mourant, Socrate, tel que le comprenait Platon, témoignait de ces convictions : l'âme, quel que soit le sens alors donné à ce terme, présente plus de valeur que le corps et, par suite, cette vie ne vaut plus la peine d'être vécue si la pratique de la philosophie comprise comme réfutation révélant la valeur d'un être humain devient impossible. Si l'on en croit Platon, il fallait que Socrate meure pour que vive la philosophie.

Par logophilie.over-blog.com - Publié dans : Philosophie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Catégories

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus